Login Register

Francisco Ortega, Ingénieur et Enacteur

Francisco Ortega, 21 ans, responsable de projet. Après deux années de prépa à Paris, il est venu à Lyon pour faire des études d’ingénieur à l’Ecole Centrale de Lyon. Il nous raconte sa découverte d’Enactus et les premiers pas du projet « Grow it Yourself ».

Comment as-tu découvert Enactus ? Qu’est ce qui t’a motivé à te lancer dans l’aventure ?
En septembre à Centrale, on a l’opportunité de s’engager dans des projets d’étude sur l’année. Lors du Forum j’ai découvert Enactus France qui fait partie des projets possibles. J’étais déjà attiré par l’entrepreneuriat, et je me suis dit : « c’est maintenant ! ». J’ai toujours voulu, dans une démarche entrepreneuriale, faire quelque chose d’utile et de durable.

Selon toi, quelle est la responsabilité et le rôle des ingénieurs pour la construction d’une meilleure société ?
Je suis plutôt tourné vers l’environnemental que le social, mais les deux sont liés… Je suis sensible au fait qu’on dégrade des ressources, qu’on est en train d’abîmer la planète, alors qu’elle est très belle, c’est un processus qui n’est pas réversible !
Les problèmes environnementaux ont été en partie causés par l’industrie, et pour les résoudre on peut trouver des solutions grâce à la technologie : dans le recyclage, l’énergie, les procédés de construction, les matériaux…
Je ne vois pas trop comment on pourrait à la fois résoudre les problèmes environnementaux et garder le confort que l’on a sans passer par l’innovation technologique. Le métier d’ingénieur ou de chercheur prend tout son sens dans cette perspective-là.

Le projet « Grow it Yourself » :
Grow it Yourself est porté par une équipe de 6 étudiants depuis novembre 2016. Le projet veut répondre à un double enjeu qui concerne la ville : le manque de lien avec la nature et l’agriculture et le manque de lien social.
Sous la forme d’un potager urbain, le projet veut proposer un espace de détente et de jardinage aux familles dans le but de les sensibiliser à l’agriculture responsable, à la qualité de l’alimentation, aux circuits courts et à la transparence alimentaire.
Les clients seront accompagnés pour cultiver de façon innovante notamment via la permaculture. Le projet « Grow it Yourself » se tourne vers des méthodes d’agriculture moins classiques en se concentrant sur des technologies vertes : Hydroponie (économies de ressources en eau) et Aquaponie.

Un événement qui t’a marqué dans la mise en place du projet ?
Je me rappelle qu’au début, le projet on n’y croyait pas trop. On aimait beaucoup l’idée, mais on se disait : « est-ce que vraiment il y aura des personnes qui vont aimer le projet, qui accepteraient de payer pour ? »
On est allés demander aux gens autour de nous et on a eu tout de suite un retour favorable ! Il y avait des gens qui confirmaient le besoin et ça nous a donné un énorme coup de boost. On était survoltés, on avait encore plus envie de travailler dessus après !

Qu’est-ce qui vous a toujours encouragé à porter le projet ?
Je pense que ce qui a aidé notre équipe, c’est qu’à chaque moment de démotivation, il y avait toujours quelqu’un de l’équipe pour y croire ! Du coup on se soutenait mutuellement.
Ce qui nous motivait aussi c’est qu’en parlant du projet : que ce soit aux séminaires Enactus ou en dehors du cadre Enactus, tout le monde était enthousiaste. On nous donnait toujours d’autres idées complémentaires, et cela nous a conforté dans l’idée qu’il y avait quelque chose à faire dans ce domaine.

Comment voyez-vous l’avenir du projet ?
Idéalement, je le vois en prototype. On souhaiterait trouver quelqu’un qui accepte de nous prêter un terrain, un jardin partagé et faire ainsi un partenariat. Cela serait un véritable test pour nous et nous permettrait de recueillir des avis avant d’appuyer sur le bouton « power » !

Quel est le moment Enactus que tu n’oublieras jamais ?
Le week-end Eclosion ! (séminaire organisé par Enactus France pour les étudiants : 2-3 jours consacrés à l’émergence et la consolidation de projets d’entrepreneuriat social). C’était mon premier séminaire Enactus et c’est ce week-end là qu’on a trouvé notre projet !
On était partis avec des idées qui étaient très différentes de ce qu’on fait aujourd’hui. C’est un événement où tout est allé très vite et qui nous a permis de lancer très concrètement notre projet en allant rencontrer des personnes sur le terrain.

En trois mots, ton aventure Enactus ?
Dynamique, innovante, et… jeune. Il y a cet esprit très jeune qui se dégage d’Enactus, chez les étudiants et dans l’équipe : l’esprit Enactus c’est de croire en ses projets !

Un message à apporter aux étudiants qui ont rejoint le programme Enactus ?
À tous ceux qui sont intéressés par l’entrepreneuriat et qui souhaitent avoir un impact positif sur la société, que ce soit en France ou dans le monde : n’hésitez pas ! Enactus c’est une aventure extraordinaire, et c’est fait pour ça !
À partir du moment où ils ont envie d’essayer, il faut absolument qu’ils se lancent, et qu’ils n’aient pas peur parce qu’ils seront bien accompagnés. J’aime beaucoup la philosophie américaine de l’échec : l’échec c’est toujours une réussite !

Propos recueillis par Colette Bottazzi

blog comments powered by Disqus