Login Register

Baptiste

Peux-tu te présenter rapidement?

Je m’appelle Baptiste Gobard, j’ai 23 ans et suis fils d’agriculteur, actuellement co-porteur d’un projet d’entrepreneuriat social :  “En Vert et Avec Tous”. J’ai eu un parcours classique : après avoir fait une prépa j’ai pu intégrer une école d’ingénieur : l’ENSE3 à Grenoble où j’ai découvert Enactus.

Comment es-tu arrivé à t’engager chez Enactus?

La vraie raison : j’étais très occupé en début d’année et fin octobre Enactus était l’une des seules associations qui recrutait encore. En plus, ils faisaient des choses super intéressantes ! Je suis allé à une première réunion pour découvrir Enactus et 4 ans après, je suis toujours là !

Quelques mots pour décrire Enactus?

En premier, je dirais impact social. Ensuite, viabilité économique, puis communauté. Et pour terminer, Objectifs de Développement Durable.

Peux-tu décrire En Vert et Avec Tous en 3 phrases ?

Je décrirais plutôt le projet en 3 phases avec le problème que nous rencontrons, la solution apportée et l’impact que nous avons.

  • Le Problème : Il existe une déconnexion importante vis-à-vis de notre assiette et en particulier chez les plus jeunes. Par exemple, 9 enfants sur 10 ne savent pas reconnaître une betterave !
  • La Solution : En Vert et Avec Tous propose actuellement aux collèges des animations autour du jardinage dans une serre pédagogique et connectée. Les données collectées sont ensuite utilisées en cours de SVT, physique ou mathématique, par exemple.
  • L’Impact :  Nous souhaitons apporter de la connaissance concrète sur l’alimentation durable aux adolescents et les sensibiliser au mieux manger. Avec pour conséquence un changement des comportements alimentaires des plus jeunes.

A ce jour, nous avons installé une serre dans un établissement en Normandie dans la commune de Trun et nous sommes en contact avec plusieurs établissements. Notre objectif actuel est de compter 5 projets d’installation de serre en septembre 2019 dont 4 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Actuellement, nous sommes accompagnés par le Pépite oZer et nous avons récemment été incubés chez Ronalpia ce qui devrait nous aider à atteindre nos objectifs.

Avais-tu déjà pensé à entreprendre? Si oui, dans quel domaine?

Non pas vraiment, c’est venu comme ça. Je n’avais pas du tout l’envie d’entreprendre puis j’ai découvert l’entrepreneuriat en passant par Enactus. J’ai mené plusieurs petits projets qui n’ont pas tous marché. J’ai eu l’idée de créer des toits rétractables pour les vélos, le deuxième projet c’était la mutualisation puis revalorisation de compost des particuliers. Finalement, c’est En Vert et Avec Tous qui a marché !

Qu’est-ce que Enactus a apporté à ton projet professionnel?

Il y a une chose que Enactus a apporté : dans notre école, on a tou.te.s des valeurs éthiques et autour du développement durable, et les associations nous permettent de mettre en action ces valeurs. Le travail sur l’impact social, on ne le retrouve que chez Enactus, et c’est super ! C’est ultra professionnalisant, on est à la frontière entre l’associatif, et donc l’impact, et le monde professionnel et la recherche de viabilité économique. On apprend finalement des deux.

Quelle sont les compétences que tu as développées durant ton expérience Enactus?

On n’a pas mal de projets dans l’école mais la gestion de projet, c’est vraiment une compétence qu’on développe. La mesure d’impact aussi. J’ai maintenant la possibilité de donner des conseils à des personnes qui ont un impact mais qui ne le mesurent pas. Et finalement, il y a deux compétences complémentaires à notre formation d’ingénieur : la communication et la gestion de budget.

Quel est ton meilleur souvenir avec Enactus?

J’hésite entre deux : soit le Séminaire Eclosion à Angers en 2015 soit la Compétition Nationale où j’ai pitché un projet dont je ne faisais pas partie. C’était super formateur !

Tu as reçu un fonds d’amorçage de 1500€ lors de la Soirée Révéler de la part de La Fondation Vinci Autoroutes. A quoi cela va-t-il servir?

Ce soutien financier va servir à plusieurs choses. Une partie sera utilisée pour la communication autour de notre projet. On veut construire des supports de cours à destination des collégiens. L’autre partie sera utilisée pour la connectique et nous permettra d’améliorer ce que l’on a déjà.

Comment vois-tu ton projet grandir d’ici 5 ans?

Je le vois présent dans une soixantaine de collèges dans l’idéal ! En plus de ça, d’ici quelques années on aimerait développer des serres connectées pour les collectivités locales afin que tout le monde puisse en profiter (école maternelle, personnes âgées, MJC, etc.)

As-tu rencontré des difficultés en montant ce projet?

Ce n’est pas simple du tout ! Le modèle économique est hybride : dans l’entrepreneuriat classique, il y a un client qui est l’utilisateur et le bénéficiaire alors que dans l’entrepreneuriat social, il faut prendre en compte un client, des bénéficiaires et plusieurs parties prenantes. En plus, il y a plusieurs leviers financiers, c’est multi sources. On a parfois du mal dans la validation de marché. Quand on s’adresse au grand public, notre projet plait beaucoup mais il faut que l’on sache faire la distinction entre un acquiescement poli et un intérêt réel. En plus, le projet s’inscrit dans le temps, il faut contacter les établissements des mois et des mois à l’avance. Au début, quand on les interroge, tout le monde est d’accord mais pour savoir s’ils sont réellement prêts à s’engager ça prend du temps et on se rend parfois compte que l’intérêt n’est pas aussi fort que ce que l’on pensait.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un souhaitant s’engager dans un projet?

Il faut passer à l’action le plus vite possible pour pouvoir tester à petite échelle et avoir des feedbacks. Même d’un point de vue personnel, tu deviens plus légitime à partir du moment où tu as de l’impact. Pour moi, il faut se nourrir de ses premiers passages à l’action.

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour le reste de l’année?

Au niveau de l’équipe, que ça se passe toujours aussi bien sur les six prochains mois comme sur les cinq prochaines années.

Puis au niveau personnel : du bonheur. Je suis bien tant que je suis heureux !

En savoir plus sur En Vert et Avec Tous