Login Register

Flora

Flora Vidal Marron (1)Flora, 22 ans, est responsable projet de l’équipe Enactus de l’IAE de Lyon. Très impliquée dans le projet qu’elle et toute son équipe sont actuellement en train de mettre en place, elle revient avec nous sur son aventure Enactus !

Après une licence en sciences de la gestion couplée avec un stage de six mois au Canada et un erasmus d’un an en Turquie, Flora est actuellement en master 1 management international à l’IAE de Lyon. Un environnement qui selon elle ne lui ressemble pas : « Je faisais une école de commerce et cela ne m’a jamais plu car ce n’est pas du tout mes valeurs. Je ne me retrouve pas dans ses études. » D’ailleurs, si elle en avait eu l’occasion, elle aurait sûrement fait un master dans le domaine de l’entrepreneuriat social.

Engagée dans des missions ponctuelles de bénévolat, elle s’engage durant son voyage en Turquie au sein de l’association Caritas qui lutte contre la pauvreté. Ayant grandi dans une famille qui travaille dans le social, Flora reproche à ce secteur d’être un peu trop dans l’assistanat. Pour elle, l’entrepreneuriat social est un concept qui ne rentre pas dans ce cadre. C’est pour cela que sa rencontre avec Enactus a été un véritable déclic : « C’est la première fois que je fais quelque chose qui me plaît vraiment. »

Son aventure n’est pas de tout repos ! L’équipe Enactus de l’IAE Lyon pour laquelle elle est responsable projet a été formée cette année au sein de son établissement «C’est la première année que l’association Enactus est active ! On a donc fait des actions afin de la faire connaître et fédérer des gens. Nous avons organisé par exemple une conférence avec plein d’entrepreneurs sociaux à Lyon et ça nous a permis de nous créer un réseau. Enactus a fait toute mon année d’étude en charge de travail ! » Elle ajoute que participer à Enactus a été un bon moyen pour elle de rencontrer plein de gens et de découvrir plein d’exemples d’entrepreneurs sociaux inspirants.

Le projet pour lequel Flora est impliquée appelé « le tissu solidaire » tourne autour de la question des réfugiés. Elle explique qu’elle a voulu s’engager car elle ne comprend pas la manière dont les pays occidentaux traitent de la question : « Où sont les droits de l’homme quand on voit « la jungle de calais ». Je pars du principe qu’on est tous des potentiels réfugiés, pour moi les réfugiés sont une force, un atout et représentent quelque chose de positif pour le pays d’accueil. »  Le tissus solidaire a pour objectif d’aider les personnes ayant le statut de réfugiés à accéder à une première activité rémunérée, de les intégrer et de sensibiliser les différentes parties prenantes (les étudiants, les employeurs…) sur les contraintes liées à leurs statuts.

Pour Flora, mettre en place ce projet est un challenge de tous les jours : « On n’est parti de rien et il a fallu tout faire ! Tout relève du challenge ! J’ai démarché plein de pme pour le projet  (tissus et  machines à coudre) et on se rend compte que tout marche avec de la persévérance. La gestion de l’équipe est parfois problématique car il faut gérer les degrés d’implication de chacun et certains sont plus investit que d’autres. La gestion des bénévoles qui animent les ateliers est aussi parfois une tâche compliquée. Suivant les personnes, nous n’avons pas la même notion de l’engagement et c’est ici que réside le challenge.»

Sur son rôle de responsable projet, Flora nous explique que l’avantage cache un inconvénient : « Tu décides de tout ! En soi c’est cool mais en même temps tout repose sur toi. Tu dois tout savoir, et réussir à mobiliser les gens autour d’une cause. »

L’expérience Enactus a donc été révélatrice pour Flora d’un point de vue personnel et professionnel : « Tu ne peux rien perdre en t’engageant avec Enactus. Il y a que des choses à gagner. Grâce à mon implication, j’ai pu renforcer mes compétences en leadership et acquérir de l’expérience terrain ainsi qu’un nouveau réseau. Cette aventure m’a permis d’avoir le déclic sur ce que je voulais réellement faire à la fin de mes études. Je me suis également fait de nouveaux amis et j’ai une meilleure confiance en moi. Vas-y et n’hésite pas. Je dirai même fonce ! »

Le monde de demain elle l’imagine « Plus juste plus égalitaire et plus vert. Que les gens soient plus ouverts sur les autres et surtout l’égalité. »